La livraison est offerte à partir de 30€ d'achat ! profitez-en !

Le survivalisme, c'est quoi ?

Le survivalisme, c'est quoi ?

mai 19, 2019

Si quand on vous dit survivaliste, la première chose à laquelle vous pensez c'est une personne dans un bunker un fusil à la main, vous avez tout faux. Enfin, presque. Loin des clichés le survivalisme est avant tout une façon d'appréhender l'avenir.

Longtemps considéré comme marginal, le survivalisme en France attire de plus en plus de personnes soucieuses de l'avenir. Les nombreux forums de survie, de vidéos, ou même de groupes sur les réseaux sociaux, démontrent que l'engouement pour ce phénomène ne cesse de croître. Pour tordre le cou aux idées reçues et comprendre ce qu'est le survivalisme, et comment se préparer, voici une base sur laquelle se reposer.

survivalisme

Pourquoi devenir survivaliste ?

Nous sommes devenus très dépendants de la société, de notre agriculture, de notre technologie. En cas de déséquilibre, nous pouvons difficilement faire face. Les raisons d'un effondrement sont nombreuses, et l'affaissement de la civilisation actuelle peut aussi bien être local que national (voire mondial dans les cas extrêmes). Catastrophe naturelle, crise économique, guerre civile, révolution... Les indicateurs sont au rouge et tout le monde peut le constater.

Si certains sont dans le déni, d'autres veulent prendre les choses en main et se préparer afin de pouvoir survivre dans n'importe quelles conditions. Le survivalisme, c'est avant tout un état d'esprit, qui se concrétise par une action. Cependant, il n'y pas un survivalisme. Le concept s'étend et est propre à chaque personne et situation.

Plusieurs nuances de survivalisme

La base de la survie, c'est savoir s’adapter à toute situation.

Ainsi, il faut distinguer :

  • La survie urbaine. Les habitants de grandes et moyennes villes savent qu'en cas de problème, qu'il soit naturel ou humain, ils devront pouvoir faire face sans les infrastructures habituelles (magasins, électricité, eau potable), et donc pouvoir boire, se nourrir et se chauffer sans cela. De plus, au vu des pillages et mouvements de panique, avoir de quoi se défendre est indispensable. Il faut que vous sachiez quoi stocker, en quelle quantité, et quelles armes choisir pour vous protéger.
  • La survie dans la nature. Cabane, abri temporaire, peu importe, du moment que l'on arrive à survivre le temps que les choses se tassent ou de trouver un refuge plus sûr.
  • La survie dans une BAD, ou Base Autonome Durable. Les bunkers font partie de cette dénomination, mais cela peut-être aussi être une cabane dans les bois ou une maison loin de la civilisation. L'important, c'est que vous puissiez y vivre en autonomie sur une longue période. Et pour cela, il est judicieux de s'installer dans un lieu où il y a des ressources ou la possibilité d'en produire.
  • La survie temporaire. Il peut arriver que nous ayez besoin de vous débrouiller quelques jours, par exemple lors d'une catastrophe naturelle. Le but ici sera d'avoir ce qu'il faut sous la main, trouver des secours, et organiser le retour au foyer qui sera peut-être chaotique le temps que tout rentre dans l'ordre. Il y a d'autres aspects du survivalisme : vivre en autonomie en dehors de la société, pratiquer le bushcraft, la randonnée, sont des modes de vie courants dans le domaine, ne serait-ce que pour des raisons écologiques. Tout cela requiert des aptitudes, mais aussi du savoir-faire, ainsi que du matériel. Ainsi, pour débuter, vous pouvez investir dans des kits de survie, ou bien acheter votre équipement de survivaliste au fur et à mesure.

survivalisme

Comment se préparer à la survie

En cas d'effondrement de la normalité, qu'il soit passager ou durable, il faudra avoir préparé de quoi survivre le temps que les choses s'arrangent, ou partir sur de bonnes bases si la crise devait durer plus longtemps. Il y a plusieurs façons d'anticiper selon la situation à laquelle vous êtes confronté. Soit vous devrez évacuer au plus vite, soit vous allez vous retrancher quelque part. En cas de catastrophe naturelle, par exemple une inondation ou une tempête, vous pouvez vous enfuir et chercher des secours, ou bien rester chez vous, ou encore, vous réfugier dans une base.

Pour vous garantir un minimum de chances de survie en cas d'évacuation vous devez avoir prévu :

Un sac à dos qui sera dédié à la survie et qui vous suivra partout. Dans la voiture, chez vous... Il faut mettre dedans l'équipement de survie dont vous aurez besoin pour tenir trois jours, et de quoi vous débrouiller pour plus longtemps si la situation perdure. Dans le milieu du survivalisme, on l'appellera sac d’évacuation, ou BOB (Bug Out Bag). Le sac à dos est essentiel et doit être choisi avec soin, tout comme ce que vous devez mettre dedans.

Un EDC (Everyday Carry) Ne pouvant pas toujours vous permettre de vous promener avec un sac à dos, il existe un terme pour désigner le minimum de ce que vous pouvez transporter sur vous au quotidien et qui peut vous être utile.On y retrouve par exemple vos pièces d'identité, clés, téléphone, mais aussi briquet, petite lampe (sur le porte-clé par exemple), et un petit couteau de survie que vous aurez choisi avec soin.

Si vous devez rester confiné, deux solutions s'offrent à vous :

  • Rester chez vous, auquel cas vous aurez prévu des stocks alimentaires, comme des rations de survie ou des conserves.
  • Rejoindre votre maison au plus vite, ou votre BAD si vous êtes à l'extérieur au moment du problème.

Survivre grâce aux ressources naturelles

Imaginez que la situation ne vous permette plus de vivre normalement, que les infrastructures ne fonctionnent plus, ou mal, sur une plus longue période. Vous allez devoir vous débrouiller avec les ressources naturelles et ce que vous avez préparé en amont.

Ainsi, faire du feu sans briquet, purifier de l'eau ou fabriquer un filtre à eau, construire un abri sans matériel, se nourrir dans la nature, doivent faire partie des compétences d'un survivaliste. Les adeptes de bushcraft le savent bien, et ont appris à faire tout ça, avec plus ou moins d'équipements. Les stages de survie seront également très utiles, en plus d'être très intéressants.

En somme, la survie, c'est avant tout être autonome. Pouvoir se passer des structures modernes, s'adapter, est la clé du survivalisme. Cela passe par savoir écouter son instinct. Et, peut-être, comme certains survivalistes, vous allez adopter ce mode de vie même si la société tourne bien.



Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Fabriquer arc de survie
Comment fabriquer un arc de survie pour le bushcraft ?

décembre 08, 2019

Un arc s’utilise avec des flèches. C’est pour cela qu’il sera question ici de la fabrication de l’arc et de flèches.

La branche de l’arc ne doit pas être trop souple. Elle doit plutôt être assez flexible. C’est pour cela qu’il est recommandé d’utiliser pour la fabrication du bois d’if, d’acacia, de genévrier, de tek, de chêne ou de citronnier. Vous aurez donc besoin d’un bois sans nœuds, boutons ou fourches avec une longueur d’un mètre. Cette longueur peut cependant varier en fonction de de votre taille.

Voir l'article entier

Grille, popote, réchaud : choisir le nécessaire pour cuisiner en bushcraft
Grille, popote, réchaud : choisir le nécessaire pour cuisiner en bushcraft

novembre 06, 2019

Il est vrai qu’il faut se préparer pour partir à l'aventure. Mais quand il s'agit d'une sortie bushcraft, une bonne préparation est primordiale. Raison pour laquelle, il faudra avoir non seulement préparer son kit de survie mais également des accessoires pour faire la cuisine. Et en matière de cuisine, il est important d'avoir le nécessaire à savoir la grille, la popote et le réchaud. Nous vous invitons à en savoir plus en lisant la suite de notre article.

Voir l'article entier

Hache, scie ou machette pour le bushcraft ?
Hache, scie ou machette pour le bushcraft ?

octobre 01, 2019

En règle générale, la hache la scie et la machette auront la même fonction : couper du bois. Pour faire du feu, construire un abri, ou encore fabriquer d'autres outils, vous allez devoir mettre la main à la pâte. Mais le bois que l'on trouve en Europe n'est pas le même que l'on peut trouver en pleine jungle.

Voir l'article entier